Musées et art

Pont de Bualdieu à Rouen. Le coucher du soleil. Le brouillard, Camille Pissarro, 1896

Pont de Bualdieu à Rouen. Le coucher du soleil. Le brouillard, Camille Pissarro, 1896

Pont de Bualdieu à Rouen. 54x65

Depuis 1889, Camille Pissarro, souffrant d'une inflammation chronique des yeux, cesse de travailler en plein air. Heureusement, grâce à l'argent gagné grâce aux dernières peintures, l'artiste peut voyager et ainsi ajouter une certaine variété au thème de ses peintures. En regardant les boulevards, les ruelles, les places, les ports et les cathédrales depuis les fenêtres des chambres d'hôtel, Pissarro peint des paysages urbains devenus typiques des dix dernières années de son travail.

Pissarro a visité Rouen pour la première fois à l'automne 1883. La ville a tellement choqué son imagination que, dans un accès d'admiration, il l'a même comparée à Venise, où il n'était pourtant jamais allé. Aujourd'hui, après treize ans, l'artiste vient à Rouen deux fois: au début et à la fin de 1896. Depuis les fenêtres de l'hôtel dans lequel il vit, surplombe la Seine, les promenades, le port et les principaux ponts de la ville. Pissarro crée une série de paysages urbains, en accordant une attention particulière aux scènes de la vie du port, qui ont fasciné l'artiste à première vue.

Technique de performance Pont des Peintures à Boisoldier typique de l'impressionnisme: il est loin du pointillisme ou de la technique caractéristique des années soixante. De larges traits lisses, une palette de lumière entièrement composée de fleurs fraîches, aident l'artiste à créer l'effet du jeu de lumière à la surface de l'eau.

Voir la vidéo: STEEZY CREW - Mini Part of Tristan Bosq (Septembre 2020).